• Tél : 01 43 79 13 06

Travailleurs Indépendants Handicapés, ils témoignent

28 Avr, 2015

Travailleurs Indépendants Handicapés, ils témoignent

Comment parler de handicap à son client ?

Premiers inscrits sur la plateforme TIH Business, ils ont acceptés de nous ouvrir les portes de leurs vies professionnelles. « Quand on est Travailleur Indépendant Handicapé, on se pose forcément la question de communiquer ou non sur son handicap. Mais la réponse est différente pour chacun : elle dépend du métier, du handicap, des interlocuteurs et de chaque histoire personnelle. » nous confie Guillaume Sitruk, graphiste indépendant souffrant d’IMC.

Pierre-Louis Jominy a choisi de faire de son handicap un atout : dès la page d’accueil de son site internet, il affiche sa mal-voyance. « dans mon métier de masseur bien-être, l’apriori sur la mal-voyance ou la non-voyance est plutôt positif. Il parait que j’ai un toucher plus développé du fait de mon handicap. Par ailleurs, en sachant que je ne les vois pas, les personnes que je masse s’affranchissent plus vite du regard de l’autre pour se détendre. »

Entre peur du handicap et besoin de compétences professionnelles

Pour Guillaume Sitruk, c’est plus difficile. « Ma dysphasie (difficultés d’élocution) ne me facilite pas la tâche lorsqu’il s’agit de prospecter de potentiels nouveaux clients par téléphone. Et ma dyspraxie (difficultés dans la coordination des mouvements), même faible, est un obstacle à la bonne exécution des dessins de création pure. Je dois donc travailler à partir de modèles existants. » La relation entre un graphiste et un client est des plus compliquées puisqu’elle touche à des notions abstraite et subjectives. Guillaume veut encourager cette communication et se montre très disponible par mail et par téléphone mais il a l’impression que ses clients ne parviennent pas à dépasser la question du handicap. « Que ce soit au travers de ma communication écrite ou orale, il m’est difficile de dépasser les freins et les appréhensions légitimes des professionnels avec qui j’échange ! Pourtant, dès que la confiance est instaurée et que les tabous sont tombés, ça fonctionne. »

La solution TIH-Business

Cynthia, secrétaire générale de l’UPTIH et chef de projet TIH Business est elle-même chef d’entreprise non-voyante. Elle connait bien les problématiques de relations clients des TIH et nous explique l’opportunité de la loi Macron : « La loi 2005 instaure une forme de discrimination positive en faveur des travailleurs handicapées et grâce à la loi Macron, les Travailleurs Indépendants Handicapés aussi vont bénéficier du regard intéressé et bienveillant des entreprises. En s’inscrivant sur TIH Business, ces dernières font déjà une partie du cheminement nécessaire pour accepter de travailler avec une personne handicapée. La question du handicap sera abordée sans surprise et de manière très concrète. » Même Guillaume Sitruck est convaincu : « Les entreprises verront d’abord mes compétences sur mon profil TIH Business. Lorsqu’elles me contacteront, elles sauront déjà que j’ai un handicap et voudront juste savoir ce que ça change dans la réalisation d’une mission ponctuelle. On discutera alors des délais et des modes de communication comme elles le font avec tous leurs prestataires ! »

TIH Business

Laissez une Réponse

*